C’est la ST Holdings, qui possède 238 labels indépendants, qui a pris cette décision de quitter Spotify et de retirer tout ces catalogues de musique de la plateforme de streaming musical.

Alors que le streaming musical commençait à être compris et adoptés par les Majors de la musique et que Sony déclarait que le système était « encourageant » et que « l’amorce d’un nouveau modèle de rémunération de la musique se met en marche et peut faire revivre la filière », la décision de ST Holdings vient de reculer encore le possible espoir de faire réellement revivre la filière de musique.

ST Holdings explique dans un communiqué que le streaming pourrait à terme prendre la pas, voir « cannibaliser » les ventes numériques traditionnelles, qui déjà ne rapport pas beaucoup d’argent et le modèle en streaming en rapport encore moins.

Un coup du pour Spotify, qui venait de faire son entré dans la cour des grand depuis son intégration à Facebook il y a quelques semaines. Mais Spotify n’est pas le seul touché, Simfy, Rdio  et Napster ont vu également les labels de la ST Holdings disparaitre de leurs catalogues.

Source